Tag Archives: guerre

Le Vent se lève de Hayao Miyazaki

6 Déc

Le Vent se lève de Hayao Miyaz aki

Japon, Animation, 2013, 2h06

Sortie 22 janvier 2014
Walt Disney

Quelques notes sur le film…

« Le vent se lève, il faut tenter de vivre« .

Vers de Paul Valery- (Le Cimetière marin)- cité dans l’incipit.

Un jeune garçon myope rêve d’avions et d’exploits de pilote de guerre. Dans un rêve, il rencontre l’ingénieur Caproni, européen aux longues moustaches (personnage historique, celui-ci a fait partie des pionniers de l’aviation). Très vite, le jeune héros grandit.

le-vent-se-leve-miyazaki-2

Lors d’un voyage en train, il fait la connaissance d’une jeune fille, qu’il va aider lors d’un terrible tremblement de terre – il semble que Tokyo soit en partie détruite – (la datation n’est pas évidente, serait-ce celui de 1923?). Des feux se déclarent, il l’aide à rejoindre sa famille.

Il perdra sa trace durant deux ans pendant lesquels il travaille comme ingénieur aéronautique. Il semble être une sorte de surdoué et met au point des procédés et techniques qui sont assez bien expliquées dans le film. Avec l’équipe des ingénieurs, ils sont invités en Allemagne pour visiter les usines de « Monsieur Hitler ».

Lorsqu’il retrouve enfin « sa » jeune fille, elle est atteinte de tuberculose et se soigne dans un sanatorium. Tandis qu’il met au point les innovations techniques qui vont révolutionner l’aviation nippone balbutiante, elle le rejoint pour le soutenir, ce qui donne lieu à de jolies scènes de vie de couple. Juste avant de tomber définitivement malade, elle repart au sanatorium afin de ne pas lui imposer sa présence.

Son avion va beaucoup servir son pays, mais les images de cimetières d’avions évoquent aussi celle des milliers de morts japonais. Plus tard, il a réussi sa vie professionnelle mais doit apprendre à « tenter de vivre ».

Miyazaki livre un film avec une très belle animation fluide, des décors toujours aussi somptueux aux tonalités très lisibles : personnages colorés sur fonds en camaïeux, de magnifiques contrastes en particulier la scène du tremblement de terre et les incendies. Le héros par exemple porte un éternel costume couleur parme, rose, ou ocre, qui l’identifie immédiatement.

Par contre, la narration chronologique n’est pas évidente, on se demande souvent à quel moment on est.

Le film porte de nombreuses références à La Montagne magique de Thomas Mann.

C’est un film testamentaire « c’est mon dernier vol avant la retraite, dit l’ingénieur, ingénieur ou artiste, une vie de création dure dix ans » : on ne peut s’empêcher de penser que l’auteur parle de lui.

Le ton est assez nostalgique, sur fond de mélo, c’est l’histoire d’un amour tragique et d’une hécatombe nationale, mais dite avec pudeur et par petites touches.

A quel âge ce film s’adresse? Je dirais 10 ans.

L’histoire est complexe : il faut expliquer la situation historique, la guerre dont il est question au début du film (exploits imaginaires du petit garçon), semble être celle de la Mandchourie. Puis le pacte des forces de l’Axe en 1940 est évoqué, ainsi que l’histoire de la révolution de l’aéronautique japonaise entre 1920 et 1945. Ce film évoque un pan de l’histoire du japon : la mise au point de l’avion utilisé par les kamikazes. C’est un film aérien et atmosphérique : pluie, neige, lumière…

Sa femme tuberculeuse est mourante, elle crache du sang, ce qui peut être un peu traumatisant pour les plus jeunes. J’ajoute que tout le monde fume beaucoup ! Son film ne passera pas en Inde, comme celui de Woody Allen, mais moi, j’aime bien tous ces gens qui fument…

Carine Quicelet

Cheval de guerre

24 Jan

Cheval de guerre de  Steven Spielberg

Etats-Unis – Inde – 2011 –  2h26 – Couleurs – Vf et Vostf.

Dès 11 ans

Avec ce film Steven Spielberg livre un film d’aventures classique à grand spectacle et rempli de bons sentiments qui semble vouloir trouver le juste équilibre entre l’optimisme de la première partie de sa carrière et le sentiment de perte et la peur de la disparition apparus à partir de La Liste de Schindler.

La première partie du film d’environ 40mn travaille à la création du lien indéfectible entre l’adolescent et le cheval. Un paysan bravache du Devon s’endette en achetant une monture d’attrait au lieu d’un cheval de trait comme nécessaire afin de moucher métaphoriquement son propriétaire terrien qui voulait en faire l’acquisition. La question étant, ce fier étalon acceptera t’il de devenir un digne prolétaire agraire afin de transformer une terre aride et caillouteuse en champ évitant ainsi la ruine et la perte de leur maison à la famille dudit paysan? C’est le jeune fils qui s’attelle à la tache et qui réussit la gageure, évitant à sa famille de se retrouver à la rue. Mais le sort s’acharnant sur eux par l’entremise d’un orage détruisant la récolte, le père verse tribut à l’orage encore plus violent de la guerre qui s’annonce en vendant le cheval à l’armée pour payer ses dettes.
Le cheval Joey vendu à un jeune capitaine arrive sur le théâtre des opérations et va passer de mains en mains au gré des aléas des combats.
Spielberg réussit dans sa première scène de bataille à incarner la boucherie tout en étant suffisamment elliptique afin de ne pas être trop choquant.

Lire la suite