Tag Archives: animation

Le Garçon et le monde

14 Juin

Le Garçon et le monde d’Alê Abreu

Film d’animation brésilien / 2014 / 1h19

Cristal du long métrage + Prix du Public / Festival d’Annecy 2014

Les Films du Préau – sortie le 8 octobre 2014

Avant-première exceptionnelle le 21 juin à 14h 2014 dans le cadre du festival Les Yeux pleins d’étoiles au cinéma Les Yeux d’Elsa de St-Cyr.

Le Garçon et le monde d’Alê Abreu, a été présenté en compétition officielle pour le prix du long métrage à Annecy. C’est l’histoire d’un petit garçon vivant à la campagne dans un monde de formes et de couleurs. Un jour, son père prend un train pour la ville et ne revient pas. Le petit garçon part à sa recherche et découvre la réalité du monde loin de son paradis de nature. L’histoire est portée par une animation simple et d’un style naïf, qui contraste avec le réalisme et la mélancolie du propos. Le film entièrement muet est d’une grande poésie. Cette œuvre complexe présente l’enfance face à la dureté du monde contemporain où l’argent et la rentabilité sont devenues des valeurs suprêmes, et où les individus sont condamnés à l’isolement et au conformisme. Un film bientôt sur nos écrans grâce au choix éclairé des Films du préau (bravo les filles!), Le Garçon et le monde pose de vraies questions en terme de programmation et d’accompagnement auprès du jeune public, à suivre donc…

Émilie Desruelle

autographe_le-garcon-et-le-monde

Ps : autographe recueilli par Dominique Mulmann!

 

 

Le Vent se lève de Hayao Miyazaki

6 Déc

Le Vent se lève de Hayao Miyaz aki

Japon, Animation, 2013, 2h06

Sortie 22 janvier 2014
Walt Disney

Quelques notes sur le film…

« Le vent se lève, il faut tenter de vivre« .

Vers de Paul Valery- (Le Cimetière marin)- cité dans l’incipit.

Un jeune garçon myope rêve d’avions et d’exploits de pilote de guerre. Dans un rêve, il rencontre l’ingénieur Caproni, européen aux longues moustaches (personnage historique, celui-ci a fait partie des pionniers de l’aviation). Très vite, le jeune héros grandit.

le-vent-se-leve-miyazaki-2

Lors d’un voyage en train, il fait la connaissance d’une jeune fille, qu’il va aider lors d’un terrible tremblement de terre – il semble que Tokyo soit en partie détruite – (la datation n’est pas évidente, serait-ce celui de 1923?). Des feux se déclarent, il l’aide à rejoindre sa famille.

Il perdra sa trace durant deux ans pendant lesquels il travaille comme ingénieur aéronautique. Il semble être une sorte de surdoué et met au point des procédés et techniques qui sont assez bien expliquées dans le film. Avec l’équipe des ingénieurs, ils sont invités en Allemagne pour visiter les usines de « Monsieur Hitler ».

Lorsqu’il retrouve enfin « sa » jeune fille, elle est atteinte de tuberculose et se soigne dans un sanatorium. Tandis qu’il met au point les innovations techniques qui vont révolutionner l’aviation nippone balbutiante, elle le rejoint pour le soutenir, ce qui donne lieu à de jolies scènes de vie de couple. Juste avant de tomber définitivement malade, elle repart au sanatorium afin de ne pas lui imposer sa présence.

Son avion va beaucoup servir son pays, mais les images de cimetières d’avions évoquent aussi celle des milliers de morts japonais. Plus tard, il a réussi sa vie professionnelle mais doit apprendre à « tenter de vivre ».

Miyazaki livre un film avec une très belle animation fluide, des décors toujours aussi somptueux aux tonalités très lisibles : personnages colorés sur fonds en camaïeux, de magnifiques contrastes en particulier la scène du tremblement de terre et les incendies. Le héros par exemple porte un éternel costume couleur parme, rose, ou ocre, qui l’identifie immédiatement.

Par contre, la narration chronologique n’est pas évidente, on se demande souvent à quel moment on est.

Le film porte de nombreuses références à La Montagne magique de Thomas Mann.

C’est un film testamentaire « c’est mon dernier vol avant la retraite, dit l’ingénieur, ingénieur ou artiste, une vie de création dure dix ans » : on ne peut s’empêcher de penser que l’auteur parle de lui.

Le ton est assez nostalgique, sur fond de mélo, c’est l’histoire d’un amour tragique et d’une hécatombe nationale, mais dite avec pudeur et par petites touches.

A quel âge ce film s’adresse? Je dirais 10 ans.

L’histoire est complexe : il faut expliquer la situation historique, la guerre dont il est question au début du film (exploits imaginaires du petit garçon), semble être celle de la Mandchourie. Puis le pacte des forces de l’Axe en 1940 est évoqué, ainsi que l’histoire de la révolution de l’aéronautique japonaise entre 1920 et 1945. Ce film évoque un pan de l’histoire du japon : la mise au point de l’avion utilisé par les kamikazes. C’est un film aérien et atmosphérique : pluie, neige, lumière…

Sa femme tuberculeuse est mourante, elle crache du sang, ce qui peut être un peu traumatisant pour les plus jeunes. J’ajoute que tout le monde fume beaucoup ! Son film ne passera pas en Inde, comme celui de Woody Allen, mais moi, j’aime bien tous ces gens qui fument…

Carine Quicelet

Monstres… pas si monstrueux!

6 Fév

Monstres… pas si monstrueux!

Programme de courts métrages chez Cinéma Public films
Sortie 20 février 2013
41 min
à partir de 7 ans

Programme de 5 courts-métrages :
Bye bye bunny de Julia Bueno
Citrouille et vieilles dentelles de Juliette Loubières
Cul de Bouteille de Jean-Claude Rozec
Monstre sacré de Jean-Claude Rozec
Duo de volailles, sauce chasseur de Pascale Hecquet

Je trouve le programme vraiment bien. Il y a beaucoup de choses à faire sur la figure du monstre.

Cul bouteille - 2

Dans le premier, Citrouille et vieilles dentelles (superbe animation et décors de marionnettes), un photographe un peu hautain vient dans un hospice photographier un petit vieux pour une campagne de pub pour une couche pour personnes âgées. Mais les pensionnaires sortent du commun. On comprend petit à petit qu’il s’agit de personnages de contes : le loup, le petit chaperon, le prince charmant et les princesses (qu’il a toutes épousées).

Lire la suite