Archive | Actualité RSS feed for this section

Formation // Guide de survie de l’animation en salle

29 Juin

 
Les Doigts dans la prise propose une nouvelle formule de formation sur une journée.

Première en date, le jeudi 30 août 2018 au cinéma Landowski de Boulogne-Billancourt (92) : Guide de survie de l’animation en salle de cinéma ou la relation au public dans l’animation en salle de cinéma : (dé)jouer ses obstacles !

Avec la comédienne et actrice-clowne Anissa Benchelah.

Découvrez le programme et les conditions de participation.

Un tarif spécifique pour les franciliens, grâce au soutien de la DRAC Ile-de-France, est proposé à 150€ au lieu de 250€.

Inscrivez-vous dès maintenant : https://docs.google.com/forms/d/e/1FAIpQLSf7ZpZamFhYGomhQni_p7bmJ1GtncQwPZyECwLvgx221aadbw/viewform?c=0&w=1

 

 

 

Comment accompagner un film ? Retour sur les journées de formation

2 Mar

Nous avons le plaisir de vous proposer le bel article de Suzanne Hême de Lacotte pour le Fil des Images, la publication des pôles régionaux d’éducation et de formation aux images, présente lors de la deuxième journée de formation autour de la médiation cinéma jeune public, consacrée aux premiers outils pour l’accompagnement de films auprès des jeunes publics : le débat et l’analyse filmique.

Par ici pour la lecture :
http://www.lefildesimages.fr/mediateurs-non-professionnels-comment-accompagner-un-film/

Bonne lecture.

analyse-filmique

La médiation cinéma jeune public // Journées professionnelles # 2

5 Juil

JOURNÉES PROFESSIONNELLES #2
AUTOUR DE LA MÉDIATION CINÉMA JEUNE PUBLIC

20 & 21 octobre 2016 à Paris

Dans une société où les images sont incontournables et constituent une part essentielle de la vie culturelle des jeunes, il est indispensable d’accompagner les nouvelles pratiques culturelles. Le cinéma (en tant qu’art et objet culturel) a un rôle fondamental à jouer pour interroger et analyser la multiplicité de ces images.

L’action pédagogique est donc au cœur des problématiques actuelles d’un certain nombre de salles de cinéma. Les professionnels de l’éducation à l’image ont une mission essentielle de transmission des enjeux du septième art pour permettre aux jeunes publics de construire leur cinéphilie.

Dans un secteur professionnel qui ne dispose pas de formation théorique et professionnelle initiale, dans lequel les acteurs viennent d’horizons divers et où ils apprennent souvent de leurs expériences, sur le tas, la formation continue, le questionnement des pratiques professionnelles et le partage d’expériences sont les piliers fondamentaux de la professionnalisation de ses acteurs culturels.

Les Doigts Dans La Prise a pour vocation d’accompagner cette professionnalisation, par son expertise et sa dimension collective d’acteurs de terrain.

Au programme :

Les très jeunes spectateurs de cinéma

L’analyse filmique pour les nuls

Atelier Cinémant : un travail collaboratif autour de la manipulation et du montage d’images plastifiées

Atelier Cinétract, pour une résistance poétique

Atelier Débats 

Point d’actualité sur le statut d’animateur jeune public

Le déroulé complet des journées : deroule-web-formation-2016

Conditions de participation et d’inscription

La formation s’adresse en priorité aux professionnels des salles de cinéma franciliennes en charge de l’accueil des jeunes publics (animateurs, médiateurs jeune public, chargés d’action culturelle, projectionnistes…) ou d’associations cinématographiques travaillant en zone prioritaire de la politique de la ville en Ile-de-France (http://sig.ville.gouv.fr/).

30 participants minimum et maximum.

Coût : 250 euros TTC par stagiaire pour les deux journées (tout compris).

Téléchargez les conditions de participation et d’inscription Conditions

Demande d’inscription en remplissant le questionnaire suivant avant le 12 août inclus :
Remplir le formulaire

Informations pratiques 

Dates : jeudi 20 et vendredi 21 octobre 2016
Lieu : Cinéma L’Arlequin à Paris

Les Doigts Dans La Prise
Organisme de formation n° 11 75 52923 75
Cet enregistrement ne vaut pas agrément de l’Etat.

 

 

Les DDLP dans le courrier de l’AFCAE

19 Oct
Les dernières Rencontres AFCAE jeune public se sont déroulées en septembre dernier à Boulogne-sur-Mer, sous l’égide du nouveau responsable du groupe jeune public Guillaume Bachy. Les Doigts dans la prise ont été invité à participer à un atelier concernant le métier et le statut d’animateur jeune public d’une salle de cinéma. Il semblerait que notre métier soit bientôt inscrit dans la convention collective cinématographique, actuellement en discussion au sein de la FNCF. Nous espérons tous que cette formalisation tant attendue du statut et du métier nous tire vers le haut, soit une reconnaissance de notre travail, reflète la diversité des missions et des responsabilités et offre une assise aux animateurs et médiateurs pour défendre la légitimité de leur poste, lorsqu’il est mis en danger. 

Vous pouvez lire un compte-rendu de cet atelier et de l’ensemble des rencontres dans le courrier de l’AFCAE d’octobre 2015 ci-dessous.

Bonne lecture !

CAE 242_oct2015

Les rencontres ont aussi été l’occasion de découvrir des Work In Progress et des films en avant-première, dont voici un petit aperçu :

*** « Les Espiègles » sortira en 2016 chez Cinéma Public films,
avec une expo comme d’habitude !
A partir de 5 ans.
Les animaux ont été expulsés de la campagne à cause de la construction de la ville? Pas de problème, ils vont trouver un moyen de racheter le terrain! 
Un gros relou en 4×4 balance ses poubelles au milieu de la forêt? Retour à l’envoyeur organisé par chat, chien, oiseau! 
C’est la fête au village et les cochons vont devenir saucisson? Les animaux se planquent pour éviter le massacre!
Bref, vous l’aurez compris, ils sont fous ces lettons!

*** « L’Hiver féérique » sort le 18 novembre 2015, chez KMBO.
A partir de 4 ans
Un beau programme de fin d’année pour les tout-petits, avec des films qui proposent une grande richesse visuelle dans l’animation (tissu, laine, broderie, papier découpé, crayon, infographie, etc), un foisonnement à la hauteur de l’imagination des enfants.

*** Work In Progress avec Jean-François Laguionie qui nous présente son prochain film d’animation en gouache sur canson.
Couleurs pastels et décors épurés racontent la vie de Louise, vieille dame solitaire sur une plage de Normandie. On est sous le charme, ça sent l’océan, la poésie, la douceur et la justesse du trait. Chapeau bas Monsieur, pour savoir toujours avec autant de tendresse convoquer l’enfant qui est en vous et en nous…

*** Work In Progress d’Arnaud Demuynck des Films du Nord aux rencontres AFCAE JP…
« La Chouette, entre veille et sommeil » va sortir en salle en 2016 chez Cinéma Public Films. Un programme né de la passion d’Arnaud Demuynck pour raconter des histoires, des histoires qui expliquent le monde comme rien d’autre ne peut le faire. Nous avons vu « La Moufle » de Clémentine Robach, un film plein de douceur, de couleurs et de matières qui donnent du corps à un conte traditionnel russe.
LaMoufle-ClémentineRobach

 

 

Comment cultiver l’imagination des enfants ?

17 Oct
Comment cultiver l’imagination des enfants ?

Jeudi 19 novembre à 17h30 au Magic cinéma de Bobigny

 Séance débat dans le cadre du Festival Résonances

alphabet
Les salles de cinéma et les structures dédiées à la découverte du cinéma pour les plus jeunes accompagnent les enseignants à mettre en place cette idée folle de faire se rencontrer le cinéma et l’école.
Comment créer un espace et un temps où l’imagination est au pouvoir ? Comment trouver un langage commun ou une posture commune qui permettent aux enfants de découvrir, de s’exprimer ?

Le débat sera ouvert le 19 novembre à 17h30
dans le cadre du festival Résonances
 

Projection d’Alphabet d’Erwin Wagenhofer,
en présence d’André Stern
De la France à la Chine, de l’Allemagne aux États-Unis, Alphabet questionne un système éducatif qui privilégie la performance au détriment de la créativité et de l’imagination. Erwin Wagenhofer a rencontré des pédagogues, chercheurs, scientifiques, chefs d’entreprise et élèves qui abordent le rôle de l’enseignement et envisagent des voies alternatives à nos pratiques actuelles.
Parmi eux, André Stern qui sera présent lors de la séance.
Au travers d’une réflexion guidée par sa propre expérience, l’auteur et conférencier André Stern s’appuie sur les découvertes scientifiques les plus récentes pour annoncer l’avènement d’une nouvelle attitude face à l’enfant et pour inviter chacun d’entre nous à devenir semeur d’enthousiasme.

Pour venir :

Métro Bobigny Pablo-Picasso, terminus de la ligne 5, sortie centre commercial.
Le ciné se trouve sous la passerelle du centre.
Contact : Emilie Desruelle au 01 83 74 56 71

Une journée pour plonger dans le monde de la petite enfance !

8 Oct
Mercredi 14 octobre au petit cinéma Jean Gabin d’Argenteuil
Richard Stencel, vous accueillera pour une journée autour des tous petits.

9h45 Accueil
avec du thé, du café et des petites friandises !

10h Projection de courts métrages
Séance in vivo avec des enfants, des puéricultrices et des assistantes maternelles
suivie d’une discussion sur l’accueil des petits dans une salle de cinéma.

11h Projection du documentaire
Le Chant des fourmis de Laurent Périssé

Dans la fourmilière sociale, les assistantes maternelles sont les ouvrières
qui gardent les petits enfants pendant que leurs parents vont faire des provisions « pour l’hiver ». Chaque matin, elles accueillent nos bambins à leur domicile.

chant-fourmis copie

Depuis plusieurs années, le chanteur Polo consacre ses activités au monde de l’enfance, à travers ses chansons et celles, innombrables, du répertoire des comptines et des chants traditionnels. Il est filmé par son complice Laurent Périssé lors de séances d’interventions musicales dans deux structures de la ville d’Argenteuil, sous l’égide de Richard Stencel. Le réalisateur et l’artiste dressent sous la forme d’un documentaire le portrait sensible de ces femmes et de leur métier complexe aux réalités insoupçonnées.

13h30 : Conférence en présence de Marielle Bernaudeau
alias La Fille de Corinthe

autour des programmes JEUX D’IMAGES de Norman McLaren
et LA BOITE A MALICE de Kôji Yamamura

Organisée en partenariat avec Ecrans VO
dans le cadre du projet École et Cinéma Val d’Oise.

——————————————
Comment venir :
> en transport en commun :
Train de la gare Saint-Lazare, arrêt ARGENTEUIL Gare.
De la gare, le parc de la mairie est à 10 min à pied
ou avec les bus N°9 ou N°272 arrêt Hôtel de ville d’Argenteuil en 5 min.


> en voiture :
Autoroute A86 ou A15
sortie Argenteuil Centre, direction Mairie d’Argenteuil.

 

Le Vent se lève de Hayao Miyazaki

6 Déc

Le Vent se lève de Hayao Miyaz aki

Japon, Animation, 2013, 2h06

Sortie 22 janvier 2014
Walt Disney

Quelques notes sur le film…

« Le vent se lève, il faut tenter de vivre« .

Vers de Paul Valery- (Le Cimetière marin)- cité dans l’incipit.

Un jeune garçon myope rêve d’avions et d’exploits de pilote de guerre. Dans un rêve, il rencontre l’ingénieur Caproni, européen aux longues moustaches (personnage historique, celui-ci a fait partie des pionniers de l’aviation). Très vite, le jeune héros grandit.

le-vent-se-leve-miyazaki-2

Lors d’un voyage en train, il fait la connaissance d’une jeune fille, qu’il va aider lors d’un terrible tremblement de terre – il semble que Tokyo soit en partie détruite – (la datation n’est pas évidente, serait-ce celui de 1923?). Des feux se déclarent, il l’aide à rejoindre sa famille.

Il perdra sa trace durant deux ans pendant lesquels il travaille comme ingénieur aéronautique. Il semble être une sorte de surdoué et met au point des procédés et techniques qui sont assez bien expliquées dans le film. Avec l’équipe des ingénieurs, ils sont invités en Allemagne pour visiter les usines de « Monsieur Hitler ».

Lorsqu’il retrouve enfin « sa » jeune fille, elle est atteinte de tuberculose et se soigne dans un sanatorium. Tandis qu’il met au point les innovations techniques qui vont révolutionner l’aviation nippone balbutiante, elle le rejoint pour le soutenir, ce qui donne lieu à de jolies scènes de vie de couple. Juste avant de tomber définitivement malade, elle repart au sanatorium afin de ne pas lui imposer sa présence.

Son avion va beaucoup servir son pays, mais les images de cimetières d’avions évoquent aussi celle des milliers de morts japonais. Plus tard, il a réussi sa vie professionnelle mais doit apprendre à « tenter de vivre ».

Miyazaki livre un film avec une très belle animation fluide, des décors toujours aussi somptueux aux tonalités très lisibles : personnages colorés sur fonds en camaïeux, de magnifiques contrastes en particulier la scène du tremblement de terre et les incendies. Le héros par exemple porte un éternel costume couleur parme, rose, ou ocre, qui l’identifie immédiatement.

Par contre, la narration chronologique n’est pas évidente, on se demande souvent à quel moment on est.

Le film porte de nombreuses références à La Montagne magique de Thomas Mann.

C’est un film testamentaire « c’est mon dernier vol avant la retraite, dit l’ingénieur, ingénieur ou artiste, une vie de création dure dix ans » : on ne peut s’empêcher de penser que l’auteur parle de lui.

Le ton est assez nostalgique, sur fond de mélo, c’est l’histoire d’un amour tragique et d’une hécatombe nationale, mais dite avec pudeur et par petites touches.

A quel âge ce film s’adresse? Je dirais 10 ans.

L’histoire est complexe : il faut expliquer la situation historique, la guerre dont il est question au début du film (exploits imaginaires du petit garçon), semble être celle de la Mandchourie. Puis le pacte des forces de l’Axe en 1940 est évoqué, ainsi que l’histoire de la révolution de l’aéronautique japonaise entre 1920 et 1945. Ce film évoque un pan de l’histoire du japon : la mise au point de l’avion utilisé par les kamikazes. C’est un film aérien et atmosphérique : pluie, neige, lumière…

Sa femme tuberculeuse est mourante, elle crache du sang, ce qui peut être un peu traumatisant pour les plus jeunes. J’ajoute que tout le monde fume beaucoup ! Son film ne passera pas en Inde, comme celui de Woody Allen, mais moi, j’aime bien tous ces gens qui fument…

Carine Quicelet

Wadjda

18 Fév

Wadjda de Haifaa Al Mansour

Arabie Saoudite, 2013, 1h37

Sortie le 06 février 2013 / Pretty Pictures

A partir de 9 ans

 

Premières images cinématographiques de Ryad, première fois que l’on voit au cinéma les rues de Ryad, les enfants de Ryad et les femmes de Ryad. Une première fois est souvent bouleversante. Wadjda est le premier film produit en Arabie Saoudite.

Le scénario est très simple : Wadjda a 12 ans, elle aime écouter du rock et porter des baskets, et elle veut un vélo pour pouvoir faire la course avec son ami Abdallah. Le vélo qu’elle désire plus que tout est vert, il lui est apparu comme par miracle. Absolument déterminée, elle va déployer toute son ingéniosité et son énergie pour l’obtenir. Obsession simple et tenace caractéristique de l’enfance.

Oui mais Wadjda vit à Ryad, où les femmes n’ont pas le droit de conduire, où les femmes sont reléguées derrière leur voile,  à l’intérieur de leur maison, à l’abri des regards, cachées, séparées, fantômes noirs. Mais à quel moment devient-on femme ?

Lire la suite

Hiver nomade

11 Fév

Hiver nomade, de Manuel von Stürler

Suisse, 2012, 1h27

Sortie le 06 février 2013 / KMBO

A partir de 8 ans

Ce film est soutenu par l’ACID, Association du Cinéma Indépendant pour sa Diffusion. Voir ICI

 

Deux bergers, trois ânes, quatre chiens et 800 moutons se mettent en route dans la plaine suisse enneigée. Des bêtes et des hommes qui partent pour quatre mois de transhumance à travers une Suisse rurbanisée, paysage dans lequel le troupeau dessine des courbes hypnotiques  . 

Lire la suite

Drôle de crétaure…des monstres pour les tout petits

11 Fév
Le festival Ciné-Junior propose aux salles intéressées une circulation du programme pour les tous petits : Drôle de créatures. Vous pourrez découvrir le programme pendant le festival !
Infos et dates de passage : http://www.cinemapublic.org/Droles-de-creatures.html

Le programme est accompagné d’un dossier pédagogique réalisé par Sarah Génot des Doigts dans la Prise :
http://www.cinemapublic.org/IMG/pdf/DossierPedagogique-DrolesDeCreatures.pdf

Durée du programme : 37 minutes
A partir de 3 ans
On croise parfois de bien étranges créatures… sans penser forcément que ce nʼest pas si facile dʼêtre différent.