Archive | Boite à outils RSS feed for this section

Comment accompagner un film ? Retour sur les journées de formation

2 Mar

Nous avons le plaisir de vous proposer le bel article de Suzanne Hême de Lacotte pour le Fil des Images, la publication des pôles régionaux d’éducation et de formation aux images, présente lors de la deuxième journée de formation autour de la médiation cinéma jeune public, consacrée aux premiers outils pour l’accompagnement de films auprès des jeunes publics : le débat et l’analyse filmique.

Par ici pour la lecture :
http://www.lefildesimages.fr/mediateurs-non-professionnels-comment-accompagner-un-film/

Bonne lecture.

analyse-filmique

La médiation cinéma jeune public // Journées professionnelles # 2

5 Juil

JOURNÉES PROFESSIONNELLES #2
AUTOUR DE LA MÉDIATION CINÉMA JEUNE PUBLIC

20 & 21 octobre 2016 à Paris

Dans une société où les images sont incontournables et constituent une part essentielle de la vie culturelle des jeunes, il est indispensable d’accompagner les nouvelles pratiques culturelles. Le cinéma (en tant qu’art et objet culturel) a un rôle fondamental à jouer pour interroger et analyser la multiplicité de ces images.

L’action pédagogique est donc au cœur des problématiques actuelles d’un certain nombre de salles de cinéma. Les professionnels de l’éducation à l’image ont une mission essentielle de transmission des enjeux du septième art pour permettre aux jeunes publics de construire leur cinéphilie.

Dans un secteur professionnel qui ne dispose pas de formation théorique et professionnelle initiale, dans lequel les acteurs viennent d’horizons divers et où ils apprennent souvent de leurs expériences, sur le tas, la formation continue, le questionnement des pratiques professionnelles et le partage d’expériences sont les piliers fondamentaux de la professionnalisation de ses acteurs culturels.

Les Doigts Dans La Prise a pour vocation d’accompagner cette professionnalisation, par son expertise et sa dimension collective d’acteurs de terrain.

Au programme :

Les très jeunes spectateurs de cinéma

L’analyse filmique pour les nuls

Atelier Cinémant : un travail collaboratif autour de la manipulation et du montage d’images plastifiées

Atelier Cinétract, pour une résistance poétique

Atelier Débats 

Point d’actualité sur le statut d’animateur jeune public

Le déroulé complet des journées : deroule-web-formation-2016

Conditions de participation et d’inscription

La formation s’adresse en priorité aux professionnels des salles de cinéma franciliennes en charge de l’accueil des jeunes publics (animateurs, médiateurs jeune public, chargés d’action culturelle, projectionnistes…) ou d’associations cinématographiques travaillant en zone prioritaire de la politique de la ville en Ile-de-France (http://sig.ville.gouv.fr/).

30 participants minimum et maximum.

Coût : 250 euros TTC par stagiaire pour les deux journées (tout compris).

Téléchargez les conditions de participation et d’inscription Conditions

Demande d’inscription en remplissant le questionnaire suivant avant le 12 août inclus :
Remplir le formulaire

Informations pratiques 

Dates : jeudi 20 et vendredi 21 octobre 2016
Lieu : Cinéma L’Arlequin à Paris

Les Doigts Dans La Prise
Organisme de formation n° 11 75 52923 75
Cet enregistrement ne vaut pas agrément de l’Etat.

 

 

Comment cultiver l’imagination des enfants ?

17 Oct
Comment cultiver l’imagination des enfants ?

Jeudi 19 novembre à 17h30 au Magic cinéma de Bobigny

 Séance débat dans le cadre du Festival Résonances

alphabet
Les salles de cinéma et les structures dédiées à la découverte du cinéma pour les plus jeunes accompagnent les enseignants à mettre en place cette idée folle de faire se rencontrer le cinéma et l’école.
Comment créer un espace et un temps où l’imagination est au pouvoir ? Comment trouver un langage commun ou une posture commune qui permettent aux enfants de découvrir, de s’exprimer ?

Le débat sera ouvert le 19 novembre à 17h30
dans le cadre du festival Résonances
 

Projection d’Alphabet d’Erwin Wagenhofer,
en présence d’André Stern
De la France à la Chine, de l’Allemagne aux États-Unis, Alphabet questionne un système éducatif qui privilégie la performance au détriment de la créativité et de l’imagination. Erwin Wagenhofer a rencontré des pédagogues, chercheurs, scientifiques, chefs d’entreprise et élèves qui abordent le rôle de l’enseignement et envisagent des voies alternatives à nos pratiques actuelles.
Parmi eux, André Stern qui sera présent lors de la séance.
Au travers d’une réflexion guidée par sa propre expérience, l’auteur et conférencier André Stern s’appuie sur les découvertes scientifiques les plus récentes pour annoncer l’avènement d’une nouvelle attitude face à l’enfant et pour inviter chacun d’entre nous à devenir semeur d’enthousiasme.

Pour venir :

Métro Bobigny Pablo-Picasso, terminus de la ligne 5, sortie centre commercial.
Le ciné se trouve sous la passerelle du centre.
Contact : Emilie Desruelle au 01 83 74 56 71

Formation enseignants de maternelle « Ma première séance » au cinéma l’Etoile à La Courneuve

3 Déc

le_moine_et_le_poisson_1

Une super formation du livre au film pour les enseignants de maternelle!

Cliquez ici 

Par Marielle Bernaudeau

Découvrez son blog la fille de Corinthe 

Retour sur la rencontre avec Brigitte Labbé : Secouer le cocotier!

28 Juin

Si les salles de cinéma et les acteurs culturels ne sont pas ceux qui donnent de l’air, du souffle, de l’espace pour la pensée et la parole des enfants et des adolescents, qui le fera ?

_DSC7565H

Nous, accompagnateurs en tout genre des publics jeunes auprès des films, pouvons créer un espace de liberté incroyable. Ce temps que nous pouvons donner à parler des films et à écouter la parole des enfants, est aussi précieux que la projection elle-même. C’est un temps qui peut devenir un espace de liberté, d’intelligence, de partage, bref, de vivre ensemble.

Nous avons discuté longuement mercredi avec Brigitte Labbé dont l’enthousiasme et la bonté nous ont ravis. Si Brigitte fait de la philosophie avec les enfants, c’est qu’elle rêve de faire d’eux des citoyens libres. Des citoyens qui aiment penser, s’interroger, se parler. Elle a partagé avec nous son expérience de la création d’une discussion vivante, sans « hors sujet », ni doigts à lever, ni jugement, ni stupidités.

Pas d’érudition nécessaire pour aimer penser et parler ensemble, plutôt un état d’être et une gymnastique de l’esprit. Philosopher avec des enfants, c’est dénicher des anecdotes dans notre quotidien qui permettent de partir du concret pour aller vers les concepts : on en profite pour vous dire que les livres de Brigitte en sont pleins !

Celui qui anticipe tous les dangers, ne verra jamais la mer…

Cf. Eric Cantona, dans un des films préférés des collégiens cette année Looking for Eric de Ken Loach.

Programmer un film en fonction d’un thème et vouloir enfermer une discussion autour d’une thématique est une fausse piste… On ne peut pas présupposer de tout ce qu’un film peut évoquer chez les enfants, ni le « ranger » dans une thématique, dans une petite boîte.

Ce qui nourrit la discussion n’est pas ce que dit le film mais ce que les spectateurs reçoivent. Il faut cerner le désir de parole du groupe, ce qu’ils ont perçu du film. Comment se préparer ?

Pour Brigitte, c’est d’abord un état d’être, une disponibilité, une écoute. C’est se dépouiller de l’idée qu’il y a un objectif derrière la discussion, un thème à traiter. Se rendre disponible, être présent, être soi-même. Les enfants ont en permanence affaire à des adultes qui tiennent des rôles, sont dans des cadres, font la morale. Changeons de position, soyons plus authentiques : imparfaits, émus, libres, parfois ignorants, avec nos limites. Entendre d’un adulte « je ne sais pas » donne de l’air aux enfants.

Penser que la parole des enfants doit être écoutée c’est aussi prendre le temps de réfléchir avec eux sur ce qu’ils font là. Pourquoi on est au cinéma ? Pourquoi voir tel ou tel film ?

Lorsque les enfants ou les adolescents sentent qu’on est humain, qu’on est authentique, ils le sont aussi. Brigitte raconte qu’il lui est déjà arrivé de dire à toute une salle qu’elle était trop émue à la fin d’un film pour prendre la parole et la laisser à qui veut. Être vrai, montrer son plaisir ou sa passion pour un sujet, un questionnement ou la beauté d’un film. Ce que l’on partage avec les enfants et les ados dans nos salles, c’est notre cinéphilie et notre plaisir du partage.

Le plaisir !

Se saisir de chaque comportement, utiliser les débordements, les rires, les soupirs, les provocations comme point de départ d’une discussion. Laisser le « bazar » s’installer jusqu’à épuisement des enfants ou des adolescents eux-mêmes ! Aller au bout de leur parole, se saisir de ce qui nous choque, le questionner, déconstruire ensemble les a priori, les préjugés, vider de leur sens par le questionnement des phrases telles que « ce personnage, il a une tête de juif »… Ne pas juger, demander : « c’est quoi une tête de juif ? » et dérouler, décortiquer les mots pour faire apparaître le vide. Ne pas dire la violence c’est mal, mais demander « la violence, c’est quoi ? » « Pourquoi on peut avoir envie d’être violent ? »

Lâcher prise, leur faire confiance. Finalement, qu’est-ce qu’on risque ?

Les enfants ne sont pas des cons !

Raconter des histoires, des anecdotes qui questionnent, être théâtral, jouer : « ça vous fait quoi deux filles qui s’embrassent ? » et laisser tout sortir, tout se dire. Laisser tout sortir jusqu’aux pires horreurs et qu’elles effraient d’elles-mêmes ceux qui les disent. Il ne faut pas avoir peur, il faut faire confiance aux enfants et aux ados, faire confiance à leur raison.

La salle de cinéma doit être un espace de parole libre qu’il nous appartient de créer à nous animateurs. La salle de cinéma n’est pas l’école, ni la famille, ni la rue. C’est un espace de liberté, de pensée, de créativité, de beauté, un espace vivant, qui bouge et où tout peut se dire et s’écouter.

Emilie Desruelle

Rencontre avec Brigitte Labbé – 26 juin 2013

11 Juin

Si vous avez déjà présenté Peau d’âne aux enfants, vous avez peut-être du répondre à la question : c’est quoi l’inceste?  Si vous avez déjà présenté Tomboy, vous avez peut-être du faire face à la remarque : deux filles qui s’embrassent c’est dégueulasse!

Les Doigts dans la Prise vous proposent de partager ces grands moments de solitude de l’animateur jeune public avec Brigitte Labbé. Brigitte Labbé est auteur des Goûters Philo, ouvrages pour enfants chez Milan jeunesse

Les DDLP l’ont vu en action lors de débats philo avec les enfants… Dieu, le sexe et la mort ne lui font pas peur!

Elle a accepté de participer à une rencontre mercredi 26 juin à 18h30 à la Fondation Lucien Paye, Cité Universitaire. La discussion sera alimentée par les récits d’expérience de chacun des participants et bien sûr, suivie d’un apéro!

Accès :

Fondation Lucien Paye, 47 Boulevard Jourdan, Paris 14ème.

Attention, accès uniquement par le boulevard et non par la Cité Universitaire, ne pas traverser la Cité U. Si vous arrivez par la station RER, descendre 200 mètres jusqu’à l’arrêt du Tram 3 : Montsouris. https://plus.google.com/110782518770632627152/about?gl=fr&hl=fr

 

Jean de la lune de Stephan Schesch – dossier pédagogique

23 Jan

Jean de la Lune, pourtant peu bavard, fait beaucoup parler de lui. Né à Zurich, dans l’album Der Mondmann en 1966, il est la création du célèbre auteur et illustrateur alsacien Tomi Ungerer. Adapté au cinéma par Stephan Schesch, Jean de la Lune est le personnage principal du long métrage d’animation éponyme sorti dans nos salles le 19 décembre 2012.
Donnant tout d’abord quelques informations sur l’auteur et son œuvre, ce dossier pédagogique est une analyse du film autour de trois thématiques : les « mondes » de Jean de la Lune, l’atmosphère du film créée par le graphisme et la musique, et des personnages archétypaux au service d’une critique de la société. Il se conclut par un point de vue plus personnel.
Au fil de l’analyse sont proposées des questions à poser aux élèves,des fiches scientifiques (sur la Lune, les contrastes de couleurs), des filmographies thématiques, ainsi que des activités pédagogiques à distribuer.

jean-de-la-lune-moon-man-19-12-2012-2-g

En annexe, vous y trouverez une courte histoire absurde d’Ungerer à illustrer : « L’oncle Rimsky et le Dragon », issue de l’album Les Histoires Farfelues de Papaski. Cette activité a initialement donné lieu à un concours d’illustration suite au ciné-goûter autour de Jean de la Lune, que j’ai pu animer le 16 décembre dernier au Magic Cinéma de Bobigny.

Pour les curieux qui tomberaient sous le charme de Tomi Ungerer, une petite bibliographie y est également jointe.

Télécharger ici le : DossierPédaJDL-Magic

Bonne lecture !

Mathilde Boissel.

Compte rendu Forum : Nos enfants et la culture à l’ère du numérique

8 Mai

Le 6 et 7 avril derniers l’incontournable prescripteur en matière culturelle, la vénérable revue Télérama, organisait un forum autour de la question : Nos enfants et la culture à l’ère du numérique. Il y avait là de quoi glaner quelques réflexions et outils intéressants. Et quelques figures de pointe en la matière.

 

Du côté de la sociologie Sylvie Octobre et Régine Sirota ont défendu une discipline émergente et pas encore assez reconnue, la sociologie de l’enfance. On trouvera ici les actes des 9èmes journées de la sociologie de l’enfance organisées à Paris en 2010.

Sur le site dédié au forum, ici,  on pourra ré-écouter l’intégralité des débats et consulter de nombreux documents et vidéo pour nourrir la réflexion.

  Lire la suite

Un livre : Sans la télé

10 Déc

Le Rouergue, coll. doAdo

Guillaume n’est pas un garçon comme les autres, il est le seul de sa classe à ne pas avoir la télévision. Pendant la récréation, pas facile de suivre les conversations quand il est question à tout bout de champ de Goldorak, de Sue Ellen et de Tom Sawyer !

Lire la suite